Atelier Malalaï

L’atelier Malalaï

L’atelier Malalaï est un atelier d’écriture et d’échange entre des jeunes filles du lycée Malalaï de Kaboul et des élèves du collège de la Salle qui se sont engagées à poursuivre pendant trois ans une correspondance, l’atelier étant ouvert aux filles à partir de la 5°.

Le projet consiste à faire découvrir, à travers un échange amical, un pays, une civilisation différents des nôtres et de permettre à des jeunes filles afghanes qui apprennent le Français d’approfondir la langue et la culture françaises.  Car il ne s’agit pas seulement d’écrire des lettres mais aussi de donner une image de la France et réciproquement de l’Afghanistan à travers des petits dossiers qui touchent des domaines aussi variés que les sites touristiques, la cuisine, l’école, les fêtes nationales etc… Echange également de petits cadeaux dont la découverte est toujours un moment d’émotion et qui tissent de manière concrète des liens d’amitié et de complicité.

 

En tant que responsable de l’atelier Malalaï, je me rends régulièrement en Afghanistan pour rencontrer Soraya Rafiq, ma collègue afghane qui encadre la correspondance au lycée Malalaï.   Ces voyages sont essentiels pour consolider le partenariat  entre  nos deux établissements mais aussi pour résoudre les difficultés qui font obstacle aux échanges, notamment l’acheminement problématique des colis si bien que la plupart du temps ma valise joue le rôle de malle postale. Le décalage des années scolaires entre France et Afghanistan ne facilitent pas non plus la correspondance puisque les écoliers afghans sont en vacances durant toute la période hivernale faute de  chauffage dans les établissements. Rappelons ici que les conditions de scolarisation en Afghanistan sont toujours très difficiles, notamment pour les filles et que  le taux  d’alphabétisation est l’un des plus bas au monde. Raison de plus qui légitime l’intérêt de cet atelier.

Cet automne encore j’ai effectué le voyage à Kaboul où j’ai rencontré la nouvelle équipe pédagogique et la nouvelle proviseure du lycée Malalaï qui m’ont réservé un accueil chaleureux. Nous avons étudié le projet d’une correspondance électronique. La mise en œuvre d’une plateforme de dialogue internet devrait voir le jour dans le courant de l’année 2015 ; une possibilité d’élargir  l’échange aux garçons est aussi envisagée. 

L’atelier Malalaï  se poursuit depuis maintenant six ans avec l’aide de deux collègues qui encadrent le groupe : Eve Sigaud et Carole Collombe, que je remercie à cette occasion pour leur soutien.   On peut se féliciter de cette longévité que l’on doit à la persévérance des correspondantes qui, malgré le retard des colis, malgré le hiatus des années scolaires, maintiennent leur engagement, conservent leur enthousiasme à l’image de ces petites Afghanes devenues si proches.

               

L’atelier Malalaï repose donc sur un double objectif éducatif : pédagogique bien sûr, avec la prise de conscience que l’accès à la culture, à la connaissance est une chance que ne partagent pas tous les enfants et qu’il faut la saisir avec enthousiasme ; humain aussi puisqu’il permet de développer le sens de l’engagement, le sens de l’autre et à travers sa reconnaissance  accepter son altérité. Connaître l’autre pour mieux le comprendre et l’aimer, voilà une préoccupation qui s’inscrit parfaitement dans le projet Lasallien.  

                Fabienne REYMOND, responsable de « L’Atelier Malalaï »